Juil
26
ven
2019
Christian BRENNER en trio avec Frédéric DELESTRE et Manuel MARCHÈS @ Le Café Laurent
Juil 26 @ 21 h 00 min – 23 h 30 min

 

 

 

 

Trio Christian BRENNER (piano), Manuel MARCHÈS

(contrebasse) et Frédéric DELESTRÉ (batterie).

 

Le pianiste et compositeur Christian Brenner est  le porteur de ce nouveau projet en trio. Autour de standards choisis et de musiques originales. Il joue depuis plusieurs années avec Bruno Schorp (contrebasse) et Frédéric Delestré (batterie). Mais ce sont leurs rencontres régulières, au sein du célèbre café Laurent, à St Germain des Prés, qui ont motivé la formation de ce trio. Une entente exceptionnelle entre ces trois musiciens issus de divers horizons, une liberté naturelle et festive s’est installée dès les premières rencontres entre jazz classique et jazz moderne : inter-play, climats, mélodies et harmonies. Un plaisir évident partagé pas ces trois musiciens autour des belles compositions du pianiste, qui s’est inspiré, tout au long de ces dernières années au Brésil (cf son dernier CD en quintet « Les belles Heures »). Musiciens de terrain, ils jouent dans plusieurs formations et se produisent en France comme à l’étranger. Leur musique est festive, riche, émouvante, parfois et provoque chez l’auditeur de nombreuses émotions qui puisent leurs racines dans différentes cultures : classique, jazz et musiques du monde. Un voyage musical à partager sans attendre.

 

Juil
27
sam
2019
Christian BRENNER avec Ricardo IZQUIERDO, Blaise CHEVALLIER et Frédéric DELESTRÉ @ Le Café Laurent
Juil 27 @ 21 h 00 min – 23 h 30 min

 

 

 

 

 

 

 

Quartet Ricardo IZQUIERDO (saxophone ténor), Christian BRENNER (piano),

Blaise CHEVALLIER (contrebasse) et Frédéric DELESTRÉ (batterie)

Ricardo Izquierdo fait partie de ces saxophonistes ténor qui ne badinent pas avec le son. Né à La Havane, il a étudié la musique à Cuba jusqu’en 2001, pour venir ensuite s’installer à Paris et y côtoyer les musiciens de sa génération qui en font une des scènes les plus passionnantes au monde. Ce qui ne l’a pas empêché de conserver l’énergie propre aux musiciens cubains : il y a dans le jeu d’Izquierdo un feu que l’on retrouve souvent chez ses compatriotes. On pense bien sûr au saxophoniste portoricain David Sanchez pour l’aptitude à développer un propos complet tout en puissance sans dénaturer les thèmes ni les amputer de leur dimension mélodique. Il occupe l’espace sans le saturer, libère des torrents de notes sans sombrer dans l’exercice démonstratif. Il ne cherche pas à impressionner l’auditeur, mais à amener le jeu en quartet et lui donner du sens, afin de lancer ces beaux thèmes vers d’audacieuses élaborations collectives qui lui permettent d’aérer son phrasé, d’intercaler des respirations entre deux éboulements de notes.

 

 

 

 

 

 

CONTACT

LAISSEZ UN MESSAGE!